Marc-André Boisvert

Journalisme créatif enraciné en Afrique de l'Ouest. West African-based independant journalist.

Assemblée Nationale, Jour 1

Tout jour de début des travaux d’une nouvelle législature est un peu pareil. À Québec, Paris ou Bamako, il y a des éléments communs. Il y a toujours le député trop engagé qui ne maitrise pas les règles de protocole et qui coupe le Président, empressé de faire un commentaire – souvent déplacé. Il y a aussi la députée perdue qui arrive en retard et qui cherche sa place alors que la séance a commencé. Puis les enracinés qui regardent tous ces petits nouveaux avec un regard condescendant.

Aujourd’hui, c’était la rentrée parlementaire à Bamako. Et il y avait de tout ça. Il y a bien sûr des éléments uniques : un hall qui sent l’urine, des bébés qui pleurent en pleine séance, des militaires complètement inutiles et qui ne contrôle pas les entrées d’un bâtiment où l’on rentre comme dans un moulin.

Mais, surtout, cette rentrée, c’est avant tout le retour de l’État avec le rétablissement du pouvoir législatif, paralysé depuis mars 2012 et dont le rôle n’aura été que d’entériner les décisions prises ailleurs.  Malgré les limites des élections législatives de décembre dernier, particulièrement dans les régions frappées par la crise où des votes ont été annulées et où plusieurs n’ont pu exercer leur droit, elle confirme que l’État revient. Et comme l’a dit Soumeila Cissé, perdant du deuxième tour des élections présidentielles et désormais chef de l’opposition, le parlement ne sera pas là pour uniquement approuver les décisions de l’exécutif.

La première tâche de cette assemblée a été de nommer un président. Le vote a été tranchant. Issaka Sidibé, candidat du parti du président IBK, a remporté le vote avec 115 votes. Son seul adversaire, le Docteur Oumar Mariko, chef du SADI, un parti qui a soutenu l’ex-capitaine et désormais Général Amadou Haya Sanogo durant le coup d’État, n’a remporté que 11 votes – alors que son parti compte 4 membres. À ceci s’ajoute 20 votes blancs et un vote nul (quelqu’un a écrit le nom du président de la séance d’élection, l’aîné de l’hémicycle, ce qui semble être une blague que l’assistance a bien ri).

Siaka Sidibé n’est pas un inconnu. À 68 ans, il est diplômé de l’ENA malienne et a œuvré dans l’administration douanière. Il a été député de 2002 à 2007. Mais il est avant tout le beau-père de Karim Keita, lui-même fils d’IBK et surnommé BBK, qui lui aussi a été élu député dans le parti de papa. À 34 ans, ils sont plusieurs à demander ce que son cv contient.

Bref, la politique malienne est désormais une histoire de famille, quoique élargie. Le Mali n’en est pas à sa première histoire. Cheick Modibo Diarra, premier ministre de la transition atterri de l’espace, était le gendre de l’ancien président et dictateur Moussa Traoré.  Ce n’est rien de bien choquant au Mali.

Seul cahot dans un vote dont l’issue était connue d’avance : un leader de l’ADEMA qui annonce au micro que la consigne de vote pour son parti est en faveur de M. Sidibé. Il se fera aussitôt rabrouer par un membre de son parti. C’est un petit moment inconfortable sur un parti qui risque de se chercher. L ’ADEMA-PASJ, s’il n’a pas toujours eu la majorité absolue, a toujours été le parti qui a obtenu le plus de sièges depuis 1992. Il est désormais relayé au 2e rang des partis, mais tout de même dans une coaltion avec le parti d’IBK. Il faut dire que ses derniers candidats aux présidentielles, Dioncounda Traoré et Dramane Dembelé, n’ont pas su endiabler les foules par leur charisme. N’empêche, il reste le seul parti de l’hémicycle capable de survivre au-delà d’un chef particulier.

Le Rassemblement pour le Mali d’IBK, qui existe pourtant depuis deux décennies, lui, fait face à son premier véritable test. Pour la première fois, il devra devenir un réel parti. Et non juste la plateforme derrière un leader charismatique.  Et ça, ça reste à voir si le RPM en est capable, au-delà des liens familiaux.

 

A post that I wrote on Mats Utas blog

Report from Mali (by Marc-André Boisvert).

What is Sanogo’s game?

In a year, we got used to putschist Captain Amadou Haya Sanogo. But “something” happens in the north (without his help). And now the political stalemate in Bamako is over with an agenda for a (clearer) transition.  So, what role for the putschist?

Africa Confidential has published shocking news: Captain Sanogo might have plotted with Islamist group Ansar Eddine a partition of Mali after attempting a second coup in less than a year.

Those serious allegations provide a dark shadow on the persona of the Putschist.

But even without that, there were enough facts to worry about the Captain and his junta that still sits in Kati, a military base in Bamako outskirts. After all, Sanogo is the author of  the « crappiest putsch » of Africa, according Slate Afrique.

After saying that the junta number one goal was to recover the north, he did absolutely nothing about that. Rather, he attempted to retain political control, presumably sponsored the “arrest” of Prime Minister Cheick Modibo Diarra and forced him out.

So, allegations that he conspired against President Traoré and negotiated with the terrorist are not surprising on those grounds. It is nevertheless a useful narrative to force him out and disqualify him from any future in Mali’s business. That’s exactly what the international community wanted. In many ways, Sanogo dig is own political grave. His hectic behavior has been the only constant element over the last year.

He obviously has a certain ambition and a sense of grandeur. In the pages of French daily Le Monde, Captain Sanogo published a long letter (which has been cut by editors) where he compared himself to French Général Charles de Gaulle. This letter, a strange mix of grandiloquence and obscure rhetoric remains his sole political testimony since his declaration the day after the coup. Him parading around with a wooden stick – which is said to hold magical powers – also provides a sense that the Captain wants to adopt the code of the chief, a leader… well… the guy who symbolically holds power.

But skills for keeping the momentum of the March 22nd coup were lacking.

Communication is not his strength. His way of speaking competes in terms of misunderstanding with former Guinean Putschist Moussa Dadis Camara. The few journalists who interviewed him had difficulty to make sense of what he was saying in French. He was supposed to be an English instructor, but an English colleague was befuddled by the answer he got after asking a question in English.

His CV is not more convincing than his words. He said that he had several trainings in the US. It turns out to be six visits mostly to undertake language classes. And still, one of his US instructor said that he was not particularly brilliant.  Bruce Whitehouse has discussed both is academic credentials and his fashion behavior.

But what disqualifies him as a political actor is mostly is his poor ability to be a chess player. There are no doubts that Sanogo wanted to get involved in the political chessboard, but does not seem to know how. There has been a movement to support him, the MP22. But the arrest of Oumar Mariko, a leader of the movement and one of the rare politicians that was in favor of Sanogo, and one that was believed to have plot with the Islamists, proves both that the Captain has no significant political support among Bamako’s political class. Sanogo also locked himself in an ivory tower in Kati.  Once again, to make a comparison with a notorious coup leader, Dadis used to keep the government around him. In this way, Sanogo has shown little interest in the government daily business. His relation with credible political actors is weak, and his understanding of governance has yet to be presented.

The power-balance is not on his side. It is difficult to see how he could become a credible political actor.

Sanogo might still believe he holds popular support, but pins and stickers with his face have disappeared in Bamako’s streets. His anti-foreign intervention stance is now more unpopular than ever as Malians wave French flags over the country. In fact, Malians seem to have develop an amnesia about him, especially during the Prime Ministerial shuffling in December where many Malians saw this as the proof that he is power-hungry, but forgot about the promise of his coup. His popularity his lower than ever.

He lost a lot of credibility even within the army. Even Green Berets overtly criticize the Captain. A fast visit in Sevare and some visits to Bamako’s military hospital (with cameras following his moves) might have provide images of a military leader, but images do not make a military leader. Sanogo has not embodied the « liberation » of Mali the way he pretended he would with his analogy with Général de Gaulle.

And, in spite of being the leader of the coup, he is still a Captain. Not a general or anything closer to the top of the hierarchy. Self-allocating new stripes on his shoulder would not have increase his military aptitudes nor his respectability. But this highlights that even within his own hierarchy he has not been able to impose himself.

Still, he has a power of nuisance and he proved it when he forced the resignation of Cheick Modibo Diarra. This eviction has been welcomed by Malians; the way it happened, less.

In sum, Captain Sanogo’s future is bleak.

Former President Amadou Toumani Touré and Moussa Traoré have both find a way to transform their coup into a political ascension:  ATT by stepping back and built an image of great democrat, Traoré by providing advices on managing a country in the shadow.

Sanogo’s future is unclear. He does not have the standing of a “democrat” as he was mostly forced by the international community to return constitutional power. He would also have difficulty to rebrand his coup as a move in favor of democracy (or in the liberation of Mali…). And he does not have the experience of 23 years in power to build an “expertise” like Traoré did after many years of meditation in jail.

So, what is to understand from his latest nomination as the President of the Comité Militaire de Suivi de la Réforme des Forces de Sécurité et de Défense, providing him with a golden parachute of a monthly sum of  3,900,000 CFA (Almost 8,000 US$, wage and allowance included)?

It seems that it follows Traore’s way of governing: consensus. Since the beginning of the crisis, he kept bringing diverging actors together, spending more energy on compromising than taking decision. Malians blame him for lacking leadership. Even my maid at home would call him “weak” and “feminine”. Joseph Nye might call it « soft power ». We could also call governing a fragile country from a weak position to do so.

Nevertheless, Sanogo’s nomination provides the Captain an honorable exit strategy. And probably his last chance to leave in good terms.

Now the international community is active in Mali. They made it clear that (some) international justice will prevail (the International Criminal Court launched investigations), that Mali has to go back to Constitutional rule and that the Green Berets need to “build capacities”. It is a new game as nobody took attention of the political elements of the crisis for over 8 months.

There is now considerable tension on Sanogo to step down, and go back where is he from. The reconfiguration of power in Mali since the military intervention, which reaffirmed Dioncounda Traoré’s and a political transition, has been disadvantageous to Captain Sanogo.

And he has not much room to maneuver. But in spite of the golden exit that has been crafted for him, he might still want to exercise his power of nuisance. Now, as the North is “liberated”, Sanogo’s attempts to retain power can only be political as no military feats can boost his achievements. If he succedes in a nuisance attempt, this could be very hurtful for Mali that remains weak. If he fails, this means game-over for the Captain.

Sanogo’s smartest move seems to be a tactical retreat. That is probably the best opportunity he has in his hand for now, until a new game and new rules appear. But does he get a sense of the game he is stuck into?

Une guerre sans images

C’était prévisible. Le premier coup de feu tiré au Mali a été celui d’un marathon pour les journalistes. Depuis plus de deux semaines, nous courons, parfois comme des poulets pas de tête. Mais nous courons.

Les billets se multiplient pour dénoncer le contrôle de l’information et de l’image. À plusieurs endroits au Mali, on nous bloque l’accès. Pour tout journaliste familier avec le Mali, c’est une pratique surprenante alors qu’on peut normalement circuler librement dans le pays et que les Malien(ne)s parlent généralement franchement.

Du coup, on se retrouve avec une guerre sans images de conflit. Ça fait plus d’un an que nous abreuvons nos médias de portraits de réfugiés et de crise humanitaire. Soudainement, nous voulons plus.

Les médias ont donc sauté sur l’occasion pour être « embeddés » avec l’armée. Du coup, un convoi complet de journalistes a quitté Markala pour se rendre jusqu’à la « libération de Tombouctou », multipliant les clichés de valeureux soldats libérant le peuple opprimé par les Islamistes, mais en liesse devant leurs sauveurs .

Les Maliens attendent cette intervention depuis presque un an. Leur véritable soulagement se ressent. Il y a un réel enthousiaste à une intervention ici.

Mais alors que toutes les caméras se battent pour avoir les premières images de Tombouctou et Gao libérées (tous rêvent de reproduire la séquence du déboulement de la statue de Saddam Hussein), des histoires trainent sur la route du convoi français.

Récemment, une équipe de confrères suivait le convoi français. Manque de pot, ils ont dû faire demi-tour pour cause de pneus crevés. Évidemment, le lendemain, ils ont tenté de rattraper le convoi. D’abord, les militaires les ont bloqués. « Ah pourquoi? La route n’est pas sécurisée? » On bafouille un charabia en guise de réponse. Après maintes négociations ils essaient. Tout le long de la route, des gens qui fixent le sol. Pas d’enfants qui hurlent leur joie. Pas de « Vive la France! ». Rien. Jusqu’à ce qu’ils arrivent dans un village hostile. On leur dit qu’ils « doivent » voir le chef du village. En faisant sa mise au point, un journaliste croit apercevoir des hommes qui approchent avec des kalachnikovs dans leur dos. Le groupe n’hésite pas : ils retournent à l’arrière.

Dans les derniers jours, je suis resté à Diabaly, une des premières villes « libérées ». Rapidement, durant nos déplacements, nous avons entendu les histoires d’exactions de l’armée malienne. Les habitants semblent bien évidemment satisfaits de cette intervention mais craignent toujours les « terroristes ». Plusieurs disent qu’ils sont justes cachés dans la brousse, qu’ils se sont retirés.

Bref, on annonce la libération de Tombouctou, de Gao et pourquoi pas de Kidal demain. Mais la véritable guerre, celle contre les Islamistes est loin d’être gagnée.

Les journalistes se plaignent de ne pas avoir d’image de guerre à diffuser. Il est vrai qu’il y a un véritable contrôle de l’image, on ne peut nier. Mais la véritable raison, c’est que la guerre n’est pas commencée.

À ce moment-là, les caméras folles de scènes de combats et d’adrénaline n’y seront plus.

Dogbo Blé: un procès, un journaliste et un carnet de note

 

« Il a été condamné parce qu’il fallait qu’il soit condamné », titrait « Le Nouveau Courrier », un journal pro-Gbagbo. Pendant deux semaines, j’ai suivi le procès de Brunot Dogbo Blé et de quatre co-accusés. Je livre ici mes notes personnelles avant de compiler dans un article plus succinct.

Le 11 octobre dernier, la justice a remis une sentence à cinq accusés. C’était le premier procès des ex-Gbagbos. Un procès expéditif, mais qui en a dit beaucoup sur les Forces de Sécurité ivoiriennes où le jugement des quatre subalternes était superflu. C’est Brunot Dgobo Blé, ancien chef de la garde présidentielle de Laurent Gbagbo qu’on voulait décapiter.

Ce fut un procès expéditif. Comme le sont souvent les procès militaires. En même temps, il y avait une étrange corroboration des faits de toutes les parties. Le colonel-majeur Adama Dosso était au Golf Hotel pour une réunion de coordination avec le clan Ouattara le 12 Mars 2011. Il y est arrivé dans un hélicoptère de l’ONUCI, puisque toutes les routes étaient bloquées par les pro-Gbagbos. Le soir, après le meeting, Dosso a raté le dernier hélicoptère. Il a décidé de passer par la route, car il devait suivre un traitement médical, selon des témoins (mais les détails de pourquoi il devait quitter reste peu clair). Un passeur l’amène jusqu’au barrage des pro-Gbagbos. Là, il se fait d’abord passer pour un diplomate camerounais pour passer le contrôle (l’Ambassade du Cameroun est enclavé dans le territoire encerclé de l’Hotel du Golfe). Les militaires responsables du blocus ont reconnu Dosso et auraient signalé sa présence à la garde présidentielle. Une escorte de la garde présidentielle est débarquée, s’est saisie de Dosso et l’a exécuté en retrait d’une autoroute.

Si tous s’entendent sur ces faits, le flou reste sur la responsabilité de chacun, notamment du Général Dogbo Blé.

Dogbo Ble, tout le long du procès, est resté de marbre. « Je suis en paix avec ma conscience et avec Dieu », a-t-il dit. Il en a donné l’impression tout le long.

Tout le contraire des autres accusés qui s’agitaient, se défendaient, frétillaient devant le président du tribunal militaire. Les différents avocats faisaient de même. L’avocat du Général, Mathurin Dirabou,est resté calme lors de son plaidoyer final, expliquant le manque de preuves, alors que ceux des quatre autres co-accusés frétillaient aussi.

Compréhensible, car les quatre co-accusés avaient la possibilité de s’en sortir, alors que Dogbo Blé, condamné, doit aussi attendre deux autres procès. Peut-être plus même.

* * *

Le procès a été qualifié de « politique» par plusieurs. Les badauds qui s’y sont déplacés semblaient l’être. Les supporteurs de Ouattara s’exclamaient fort. Les partisans de Gbagbo, ne faisaient que des passages furtifs, discrets. 

Anecdote: un badaud psssitte un des accusés, Jean-Noel Lagaud Leo, lors du passage d’un accusé entre le fourgon et le tribunal.  Lagaud se retourne lui fait un salut de la main, un sourire maladroit, le regard attristé. Le badaud lui sourit et quitte le palais de justice. Je le suis. Il ne se retournera pas à mes appels. Il marche même plus rapidement.

Cette petite scène est symptomatique de l’inconfort qui règne depuis la fin de la crise électorale de 2010-2011. Les Pro-Ouattara se gonflent le torse et refusent d’accepter que ADO-solutions n’est pas une panacée magique pour tous les maux du pays. Les pro-Gbagbos, eux, se cachent, refusent de parler et craignent d’avoir des problèmes. Il est pratiquement impossible d’interviewer un pro-Gbagbo.

On n’avait qu’à lire les journaux pour comprendre. Tous ligués selon les opinions politiques. Le Nouveau Courrier, un journal pro-Gbagbo en a fait une édition spéciale, livrant le récit des jours, mais surtout des faits inédits, comme des analyses psychiatriques (dont la véracité reste à prouver) et parle de « Dogboblé-mania » sur les réseaux sociaux… se basant sur quatre posts sur facebook… de la même personne. L’auteur de l’article s’enflamme et le compare à Samoury Touré. Typique d’une propagande qui fonctionne toujours chez un certain public. Mais tout de même symptomatique d’une tension qui persiste, d’un inconfort et surtout d’une réconciliation qui est de plus en plus tardive, pour ne pas dire complètement évacuée.

* * *

La plupart des procès en cour martial sont relativement simples ; ils visent à déterminer qui a donné l’ordre  et d’évaluer si la personne incriminée avait raison de respecter cet ordre (ou de désobéir). Les lois régissant la vie militaire se résumant dans la plupart des pays à un code peu volumineux, les procès ne se perdent pas dans des débats sur le fonctionnement de la même façon que le sont les procès criminels civils.

Et dans la plupart des procès militaires, les inculpés sont souvent pris en situation de flagrant délit ou sont inculpés que lorsqu’il y a des preuves carrément irréfutables. L’institution militaire a des mécanismes de protection immense. On ne s’étiole pas en palabres par craintes de se poser les véritables questions philosophiques et morales qui hante son entreprise : celle de créer des machines à tuer. Ajoutons à ceci que les hiérarchies militaires ont tendances à vouloir une justice expéditive pour ne pas  porter atteinte à l’institution militaire, notamment en mettant au grand jour les zones d’ombres de l’armée.

Alors que les avocats, pour la plupart des civils, grugeaient dans le code militaire pour tenter de trouver des vices de procédure, le procès a continué. Maitre Dirabou, avocat de Dogbo Blé, a aussitôt demandé que le procès soit porté en appel. Sous-jacent, un certain inconfort émanait de la défense civile devant un système judiciaire où le Président de la cour mène le procès d’une main ferme, étant parfois très rude.

D’autant plus que le Président appelle à la barre plusieurs accusés et n’hésite pas à les confronter l’un devant l’autre. Et vu que certains avaient plus à gagner que d’autres, l’impact était saisissant, les accusés se débattant comme des truites dans l’huile chaude. 

* * *

À savoir si Dogbo Blé avait bien donné l’ordre de tuer Dosso, c’était parole contre parole entre le Général et un de ses subalternes, Jean-Noel Lagaud Leo. L’accusation a misé sur le fait que Dogbo Blé n’était pas homme à laisser ses hommes se balader pendant six heures sans qu’ils lui rendent compte. 

Dogbo Blé terrorise bien des gens. Les évènements des dernières années ont prouvé que l’ex-Général n’était pas un mou. Mais la sentence de 15 ans qu’il a obtenu réaffirme une chose : la hiérarchie militaire est toujours en contrôle et donc Dogbo Blé est nécessairement coupable. Ce n’est donc pas une décision tant politique qu’inhérente à l’institution militaire.

Pour le pouvoir en place, il est fort utile que Dogbo Blé et ses quatre hommes soient coupables, mais le procès lui-même ouvre une fenêtre sur une crise et sur le fonctionnement de l’institution militaire durant cette période.

Parce que même si les preuves tangibles que Dogbo Blé a donné l’ordre manquent, à force de lire  sur le Général, j’ai moi aussi la certitude que Dogbo Blé n’est pas le type d’homme à laisser se balader librement sa « garde rapprochée » pendant six heures sans qu’ils rendent des comptes. 

* * *

J’ai développé une addiction malsaine pour ce procès. J’en ai rêvé la nuit, j’en ai même mis dans mon café.

J’avais une position de prédilection : une galerie des VIP, dans les fauteuils bien confortables, entre les observateurs, les juristes et quelques intéressés. Une régulière a attiré mon attention : elle se pointait au procès, gardait des verres fumés clinquant à la monture blanche, une attitude de princesse. J’ai soupçonné qu’elle avait une connexion avec Dogbo Blé, mais ce n’est peut-être que moi qui, intrigué par tous ces gens, cherchant une maitresse en pleurs, une femme attristée ou une sœur vertueuse.

Mais j’avais quelques intimes avec moi durant ce procès : j’avais l’impression d’être assis entre Hanna Arendt et Donna Winslow.

Laissons de côté les justifications d’Arendt. Tout procès qui parle le moindrement de suivre des ordres réverbéra ce que la dame a écrit dans Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal. Inutile d’expliquer pourquoi elle se tenait à ma droite. C’est même un peu cliché, mais visiblement les avocats de la défense et les procureurs l’ont lu ici en jouant le jeu « il n’a fait que suivre les ordres », argumentant subtilement qu’ils étaient les victime d’un système. L’Allemande était peut-être un peu trop présente en fait.

Pour Donna Winslow, c’est une autre chose. Donna Winslow, une anthropologue canadienne, a participé à une commission d’enquête visant à faire la lumière sur les causes des débordements des troupes canadiennes en Somalie (http://www.lareau-legal.ca/SomWinE.pdf). Dans son rapport, elle a mieux que quiconque pourquoi même une armée disciplinée commet des atrocités. Un petit bijou et un classique de l’anthropologie militaire.

Durant les centaines de pages de son rapport, Winslow souligne ces attitudes et comportements qui permettent aux armés de tels dérapages. À la base, elle se réfère sur le concept établi par JT Downey :

« An armed force is a body of men organized to achieve its ends irresistibly by coordinated action. Cohesion is therefore the essence of its being » (Downey,1977 : 62).

 

A partir de ceci, Winslow décrit un système où les militaires d’un même régiment se protègent les uns les autres, se couvrant et construisant « un mur de silence » autour de leur activité. Elle ajoute :

« Unit pride can become so exaggerated that one only respects the memebrs of one’s unit , iginoring and sometimes resenting those outside the group » (Winslow , 1992 :263).

L’étrange ballet des procureurs visait à casser ce moule. Le magistrat, en appelant plusieurs accusés à la barre et en les laissant se débattre visait à briser cette solidarité militaire. Dogbo Blé semblait être un piètre danseur, s’extirpant de ce bourbier en ayant une attitude ferme et dégagée. On n’a pas de croire que c’est un homme aux commandes.

Pourtant, dans le box des accusés, les accusés se passaient les bouteille d’eau, discutaient, semblaient même s’entendre. Lagaud, principal témoin à accusé son supérieur, et Dogbo Blé lui-même ont échangé à plusieurs reprises bouteilles d’eau et paroles. Malgré tout, on sentait qu’il y avait une cohésion qui, malgré les attaques disciplinaires, malgré les accusations,, restait intacte. Comme si les faits et la part de scandale qui était révélé étaient mis en scène, mais qu’autre chose se dissimulait sous les faits.

Donna Winslow concluait surtout dans son rapport le jugement d’une institution qui renforce des comportements au nom des « core values » , et qui se déresponsabilise une fois qu’elle perd le contrôle de ces hommes. Mais aussi celui d’une société qui refuse de regarder droit dans les yeux ce qu’est un militaire, un agresseur qui doit être contrôler par la « discipline ».

Dogbo Blé, tout au long de son procès, a justement rappelé qu’il était le fruit d’une institution, qu’il n’a fait que son boulot de chef de la garde présidentielle. Il s’est même présenté comme un pourfendeur de l’État.

«  Je voudrais avoir une pensée toute particulière pour les soldats de la Garde républicaine qui étaient sous ma garde et qui sont tombés au champ d’honneur en défendant les instituions de la République, en accomplissant leur mission régalienne, telle qu’inscrite dans le décret qui a créé la Garde républicaine […] qui stipule que la Garde républicain a pour mission de défendre et d’assurer la sécurité du président de la République. C’est en accord avec cette mission noble qu’ils sont tombés. […] Ils ont fait leur travail conformément à la mission de la Garde républicaine qui est la protection du président Laurent Gbagbo, président déclaré élu selon la Constitution. »

Et il rajoute :

«  Moi, je n’ai pas de dettes de sang avec la Côte d’Ivoire. Ma fonction n’est pas politique. Des gens sont dans une logique pour dire que Gbagbo et Dogbo Blé ont ensanglantés la Côte d’Ivoire. »

 

Sa rhétorique était claire : il est un bon soldat qui n’a fait que remplir ses tâches telles que définies par le corps légal de la République de Côte d’Ivoire. On peut le croire, mais on comprend tout de même mal comment l’assassinat de Dosso était relié à la sécurité du président. Tout come la répression des manifestations pro-Ouattara, le blocus du Golf Hôtel ou autres rôles obscurs qui seront le sujet de procès futurs.

Contrairement à ce que Winslow a diagnostiqué au sein de l’armée canadienne, ici, Dogbo Blé souligne qu’il ne faisait que respecter les « core values », mais surtout respectait le contrôle civil de l’armée. On ne peut pas parler d’une débâcle, mais bien d’une prise de contrôle.  Sa discipline contraste avec celle des forces sécuritaires qui ont de la difficulté à convaincre que, tout simplement, elles en ont.

Subtilement, il pose aussi la question sur quel devait être son rôle durant la crise. Quel est le rôle du militaire alors que, juridiquement parlant, il a fait ce qu’il devait faire. La Garde républicaine n’avait pas à tuer Adama Dosso. Mais avait-elle tort de défendre Laurent Gbagbo?

Mais la question ne se pose plus : les cinq accusés ont été déchus de leur titre militaire. Et désormais, ce seront des civils qui seront confrontés. Ils devront répondre de leurs actes comme tels, probablement devant une cour civile.

Encore une fois, la grande muette est la grande gagnante.

 

 

Sources :

J.C.T. Downey, Management in the Armed Forces: An Anatomy of the Military Profession (London: McGraw Hill, 1977), p. 62, quoted in LCol C.A. Cotton, « A Canadian Military Ethos », Canadian Defence Quarterly 12/3 (Winter 1982-83)

Donna Winslow, The Canadian Airborne in Somalia: A Socio-Cultural Inquiry, study prepared for the Commission of Inquiry into the Deployment of Canadian Forces to Somalia (Ottawa: Public Works and Government Services, 1997).

No News is not Good News in Mali

There is a moment where everything has been written and said about a crisis. We reach that point about Mali. This morning AFP headlines could have been written four months ago: there are consultations over a union government and militaries still fight for power in Bamako (look for yourself: http://www.lepoint.fr/monde/mali-climat-de-tension-apres-22-arrestations-consultations-pour-former-un-gouvernement-19-04-2012-1452990_24.php.

And Western medias continue to publish cliché’s article starting with « Mali, a beacon of democracy and stability, has fallen into chaos ». If there is one thing that this crisis have made sure, it is that Mali was a corrupted country with limited state capabilities and weak security forces. It was neither democratic nor stable; it was just a peaceful country dependent on Libyan money and international aid that was doing fine because of the good will of its population. Mali’s double crisis –the coup and the Islamist invasion in the north- simply reveal that under the shinning image the core was rotting.

But the most tragic is that there are no realistic plans to end the crisis so far. President Dioncounda Traore consults in way to form a union government. Bamako’s political crisis is still ongoing. It was simply on hold while the interim President was in France for a two-month convalescence. Captain Sanogo and his junta might have receded from the headlines, he still attempt to control Bamako’s political life as his men continue to “arrest” red berets or harass local journalists. Tensions have increased this week as the residents of the Djicoroni Para camp are resisting arrests.

The Malian army is not ready for a counter-offensive in the north. A month and half ago, PM Cheick Modibo Diarra conducted a review of the army in Segou in prevision of a grand offensive to recapture the north. Every other day, we hear call from volunteers to fight. And well, many months later, the Islamists remain in control of 2/3 of the country while Tuareg rebels have vanished.

The “population” supported the coup, but life in the country has become harsh. In Bamako, rice was still 100 CFA more per kilo than it was in last December. But it is difficult to see correlation between food prices and the current crisis as this is Ramadan, and price of alimentary goods always increased during that period. But the mood is low within the population. And, for a journalist, you can make people say whatever you want as Malian’s cynicism is increasing out of despair.

In the turmoil, Malians are left by itself as the “international community”, which mostly consists of ECOWAS and its mediator Burkinabe President Blaise Compaore, has deliver no coherent strategy yet. ECOWAS answer has been inconsistent after 7 summits on Mali. On August 6th, ECOWAS chiefs of staff are meeting in Bamako to finalize plans for a military operation. It is probably good news for the region, but echoes from the meeting says that it will consist more a police operation to stabilize Bamako while waiting for more precision for an operation in the north.

It is clear now that Mali’s unity will not be re-established soon. It is also clear that Mali is not a failed state: it is barely a state at all. But, mostly, it is clear than, in this case, no news is not good news.

Quelle mission militaire pour sauver le nord du Mali?

À Abidjan, la « communauté internationale » s’est réunie pour étudier une solution militaire au Mali. Depuis le début de la double crise qui frappe le pays, on ne cesse de parler de cette solution militaire. Mais quelle solution militaire? Petite analyse des possibilités.

Le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a voulu se donner des airs de guerriers le week-end dernier. Devant les caméras, il a procédé à une revue des troupes à Ségou habillé d’un simili-treillis militaire. Pourtant, le Premier ministre n’a aucune fonction militaire. Cet appel est plus une campagne de publicité pour son gouvernement qu’une déclaration de guerre. Encore plus subtil, il a aussi annoncé qu’une prime de combat sera versée aux militaires au front pour rappeler à ses troupe que sa « motivation » sera récompensée.

De son côté, le Capitaine Sanogo a profité de son retrait de la vie politique pour donner quelques entrevues, dont à Jeune Afrique. Pour lui, les soldats maliens ont la capacité et la volonté de défendre leur territoire, à condition qu’on leur donne des armes et du fric. Sous-entendu, l’armée malienne ne bougera pas si on ne lui donne pas des « moyens » qui ne viennent visiblement pas.

Le front anti-putsch, lui, a demandé hier à la CEDEAO et à l’UA de sécuriser le processus de transition. L’objectif est bien évidemment de se protéger alors que l’agression du Président Dioncounda Traoré prouve que même à Bamako personne n’est en sécurité. Subtilement, ils avouent ne plus avoir confiance dans l’armée malienne pour les protéger. On ne sait trop si, comme le Capitaine Sanogo, ils croient encore aux chances de l’armée malienne de récupérer le nord.

Les institutions internationales réunies à Abidjan doivent donc faire face à, d’un côté, un gouvernement (et une junte) qui veut régler le problème elle-même, et des politiciens qui veulent régler un tout autre problème que celui qui l’inquiète: le nord.

A qui l’honneur?

À Abidjan, il  y a deux possibilités sur la table : une mission de l’UA mandatée par l’ONU ou une mission de la CEDEAO mandatée par l’ONU et l’UA.

La CEDEAO a été la première à proposer d’intervenir. Si la France a proposé une « aide logistique », le Mali a toujours refusé officiellement une intervention de l’organisation.

Mais on se demande quelle est la capacité d’intervenir d’ECOMOG, l’abréviation derrière laquelle les missions de la CEDEAO se cachent. ECOMOG est intervenue dans différentes crises dans les années 90 et début années 2000, principalement en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée-Bissau. Ces missions, au mandat parfois peu clair, ont réussis bien souvent grâce à un élément bien précis : le leadership d’un pays (y lire le Nigéria dans la plupart des cas).

Dans la présente situation, on réalise surtout l’absence de leadership. Si les chefs d’État ont réussi à s’entendre rapidement sur des mesures diplomatiques, il sera beaucoup plus difficile d’avoir un « consensus » pour dépêcher une mission militaire parce qui s’est passé depuis le début de la crise malienne. Et en l’absence d’un pays porteur, ECOMOG pourrait bien rester dans ses casernes.

Le Président béninois Thomas Boni Yayi, par sa fonction de président de l’UA, a proposé une mission de l’UA avec un mandat de l’Onu. La référence est bien évidemment AMISOM en Somalie. Mais aussi, avec moins de succès, la mission UNMIS au Soudan, avec un succès beaucoup plus mitigé.

On brandie l’expérience d’AMISOM comme un miracle à adopter pour le Mali. Pourtant, il y a d’énormes différences entre ce qu’a fait AMISOM et ce que fera une mission au Mali. AMISOM n’avait pas comme projet de reconquérir un territoire presque aussi grand que la France. AMISOM visait surtout à « stabiliser » et à protéger les institutions somaliennes, pas de reconquérir la Somalie. Ce fût une mission avec tout de même un lot de difficulté.

Et, de plus, le succès d’AMISOM reposait, encore, sur le leadership de deux pays à envoyer des militaires. Ainsi qu’une communauté internationale mobilisée pour le succès d’une opération « made in Africa (sic) ». Probablement aussi par découragement d’une crise qui n’en finissait pas.

N’empêche, il est fort probable que l’UA recourt à la force en attente de la CEDEAO qui a, en théorie, la possibilité de se déployer sur demande en 30 jours. Ca reste à prouver.

Il reste aussi la question de la légitimité. Une force de l’UA risque d’être mieux accueillie alors que ressentiment envers la CEDEAO a grandi au sein de la population locale. Déjà, autant dans le nord que le sud, une rhétorique anti-CEDEAO est véhiculée par les Maliens. Il serait cependant surprenant qu’un simple changement de couleur de chapeau y change quelque chose.

De toute façon, une mission de l’UA et/ou de la CEDEAO risque de prendre encore plusieurs semaines, si ce n’est des mois avant de pouvoir être lancée. Le Mali peut-il attendre aussi longtemps?

Mandat difficile

Au-delà de qui mènera cette mission, il reste à s’entendre sur quel type de mission pourrait ramener la paix au nord du Mali. Et ça, ce sera compliqué.

La mission pourrait tout simplement imposer un couloir humanitaire et s’assurer que l’aide se rende là où elle doit. La région, qui souffre d’une crise alimentaire sévère, en aurait bien besoin. C’est le scénario minimal qui risque d’être étudié. Mais ce sera difficile de maintenir un couloir humanitaire alors que les rebelles sont hostiles à une intervention étrangère. Dans ce cas, on ne peut pas demander moins qu’un mandat sous le chapitre 7 de la Charte de l’Onu qui permet la force pour défendre l’opération. Il faudra donc un mandat fort avec les règles d’engagement nécessaires à un environnement hostile.

Ce mandat musclé sera difficile à adopter. Il se heurtera à la volonté des organisations, mais surtout de celle de ses états membres, à envoyer des soldats se battre et possiblement mourir. Il faudra combattre des islamistes qui accusent déjà une éventuelle mission africaine de défendre les infidèles. On imagine déjà Boko Haram et ses semblables courir à la rescousse.

La mission africaine devra aussi bouter des islamistes hors d’un terrain que ces derniers connaissent bien.La mission se heurtera à un belligérant qui ne veut pas de la paix, qui est près à se combattre et qui a un avantage stratégique évident dans le fait qu’il connait beaucoup mieux un terrain qui est réputé difficile (ce n’est pas pour rien que Kaddhafi a requéri l’aide des Touaregs pour « pacifier » le Sahel).

Ce n’est plus une mission de « peacekeeping » ni de  « peacemaking ». C’est une guerre qui devra avoir les moyens de ses ambitions: reconquérir un pays détenu par une population locale qui ne veut pas le laisser partir. Une opération militaire d’envergure avec un désir sérieux de lutter contre les rebelles nécessitera un commandement unifié et de l’équipement similaire à l’escapade afghane de l’OTAN ou les différentes opérations d’EUFOR en Afrique. Ni l’UA ni la CEDEAO ne sont prêts.

L’endiguement comme seule solution

Déjà, une contre-stratégie semble se dessiner à l’extérieur du continent africain. C’est comme si on avait préparer le Plan B avant de préparer un Plan A.

Les bailleurs occidentaux ne semblent plus avoir confiance en l’armée malienne et restent hésitant à s’embarquer dans une opération qui s’annonce déjà complexe. Trois bailleurs sécuritaires se sont complètement retirés de la coopération : la France, le Canada et les États-Unis. Un twit vaut 1000 mots:

L’Union européenne, et ses états membres ont choisi « l’endiguement ».

Officiellement, toute coopération sécuritaire a cessé avec le Mali. Les coopérants sécuritaires, surtout français, sont au chômage technique. En attendant une solution, les coopérations militaires se déplacent vers les pays voisins. Le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso a annoncé une mission de la PSDC au Niger.

D’autres bailleurs bilatéraux ont entrepris ce genre d’initiatives au Niger, Burkina Faso et en Mauritanie. Pour le moment, la stratégie est de colmater le pays. Pas d’intervenir.

Ces pays supporteront surement une mission de l’UA et de la CEDEAO comme ils le peuvent.

Mais, même si un momentum se créé à Abidjan en faveur d’une intervention cette semaine, à l’extérieur du continent, on se prépare déjà au pire.

La criminalité en hausse à Bamako

De réputations, Bamako est une ville calme, sans violences. Probablement, la plus tranquille capitale d’Afrique de l’Ouest. Mais, avec la double crise, les choses changent. Très rapidement. 

Binetou, ma femme de ménage, en était sous le choc. Rien qu’à voir comment elle frottait ce matin, je me doutais qu’il y avait un problème. Hier, un voleur a pointé une arme sur elle pour lui prendre les revenus de petits beignets qu’elle vend dans la rue à côté d’une banque: 5000 francs (10 $). Le voleur avait juste avant braqué la banque de Kalaban Koura, un quartier périphérique de Bamako peuplé d’une classe moyenne très malienne.

Le voleur a passé un mauvais quart d’heure. Les citoyens l’ont brulé vif, lui jetant de l’essence. Il en est décédé. Le fruit de son vol a « disparu » dans la foule. Ou en fumée.

Les «foules justicières » ne sont pas l’apanage du Mali; elles sévissent partout en Afrique de l’Ouest. Autant au Ghana qu’au Sénégal, il m’est arrivé de voir une foule s’en prendre à un présumé criminel. La célèbre arrestation de Laurent Gbagbo et de sa femme en sont un exemple médiatisé. Mais dans des pays où il faut payer pour que le policiers se déplacent pour prendre une déposition et que justice est faite selon la capacité du défenseur ou des plaignants à payer, on comprend que beaucoup préfère une façon plus « efficace ».

Mais, sous l’anecdote, c’est le nouveau Bamako qui nous apparait. Avoir un portrait de la criminalité à Bamako est impossible. Non seulement les policiers ne répertorient pas les crimes, mais il y a  une absence totale de statistiques. On ne peut que se fier à son « pressentiment ». 

Pourtant, il y a une augmentation notable des histoires. À côté de chez moi, une banque s’est fait braquée ce week-end sans que les voleurs ne soient inquiétés et ce alors que j’habite au Quartier du Fleuve, un quartier quadrillé par militaires et policiers (qui multiplient les contrôles pour évidemment renflouer leur portefeuille).

Un ouvrier que je connais bien s’est fait voler sa petite moto Jakarta hier, comme beaucoup de gens. Le vol de ces motocyclettes, très populaires à Bamako, est devenu endémique. Tous connaissent quelqu’un qui se l’est fait arracher dernièrement. 

Les criminologues feront sans aucun doute un lien entre la flambée des prix des denrées alimentaires et le chômage qu’entraine le départ hâtif des organisations internationaux ou le gel de l’aide au développement, la principale source de revenus du gouvernement malien. Oui, la vie est dure pour les Maliens. Oui, ils sont pris dans un étau qui ne fera que s’aggraver.

On peut expliquer les causes, mais peu les véritables conséquences.

Binetou a lâché une phrase lourde de sens ce matin. « Bamako, ça devient comme Abidjan. Je ne reconnais plus mon pays. » 

Le Mali a changé.

Sambou est décédé

Sambou est décédé. La première chose que j’ai dû faire à mon retour, c’est me rendre à ses funérailles.

Sambou, c’est un de nos gardiens, le seul qui soit avec nous depuis le début. Vendredi dernier, il a perdu connaissance dans notre cour, vomissant du sang. C’est notre jardinier qui l’a emmené à l’hôpital. Nous étions absents.

On ne sait trop de quoi il est mort. Je sais qu’il avait une hépatite. Un jour, il est venu me voir pour savoir s’il y avait un vaccin. Méfiant, je présumais qu’il voulait que je lui donne des sous. Non, il voulait juste savoir s’il y avait un vaccin, car son médecin ne voulait pas lui donner. C’est là qu’il m’a dit qu’il l’avait déjà. J’ai pris le temps de lui expliquer qu’un vaccin, dans son cas, était trop tard. 

Du coup, peu de temps avant sa mort, il a pris congé. Un de ses collègues m’a dit que c’est pour aller voir un marabout qui le guérirait. Il avait perdu foi dans la médecine normale. Beaucoup de Maliens vont directement chez le marabout. Pas la peine de voir le médecin des toubabous.

Nous avons rendu un dernier hommage à Sambou. J’ai embarqué le jardinier, la femme de ménage et ensembles nous avons pris la voiture pour porter un dernier hommage à Sambou. Arrivés, les femmes étaient dans la maison. Les hommes attendaient à l’extérieur, sous une grande canopée bloquant une rue sablonneuse. Les hommes important étaient assis sur un tapis, en silence, entourés d’hommes moins importants, assis sur des chaises. Dans la rue, des jeunes hommes enlignés envahissaient les coins d’ombre alors que le soleil tape et que le mercure dépasse largement les 40 degrés.

On m’offre une chaise dans le cercle. J’hésite, mais je fais comme on me dit. Et on attend en silence. Après 30 minutes, je décide de partir. Je laisse quelques sous au chef pour les funérailles, mais je me dis qu’il vaut mieux revenir pour donner de l’argent directement à la veuve et à l’orphelin de Sambou, car la famille « mangera » mon argent.

Mes deux acolytes et moi quittons. À ce moment, le corbillard arrive pour emmener le corps au cimetière dans un cortège. Nous partons. Désolé Sambou. Je n’ai pas le courage de regarder ta mort dans les yeux, ni de marcher jusqu’au cimetière avec les tiens. Ce deuil est celui des tiens.

Moi, je me contenterai de te regretter en voyant le nouveau gardien aux deux pieds dans les mêmes bottines. Mais surtout, je continuerai de rager que, ici au Mali, on meure encore de maladies qui peuvent être facilement prévenues. C’est bête. Mais on peste un peu moins quand on se rend dans une urgence bondée à Drummondville.

Commentaires de la rue sur la tentative de « contre-coup d’État » à Bamako, Mali

Une petite vidéo que j’ai fait le 1er mai au lendemain d’un échange de tirs entre les putschistes et des éléments pro-ATT. La rue parle.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.